Désinstitutionnalisation à la transition inclusive


Cette transition vise la transformation sociétale et renforce la qualité des rapports entre les acteurs. Par ce concept, nous reconnaissons la nécessité du processus institutionnel tout en imaginant ses nouvelles formes, pour privilégier l’épanouissement de chacun autour d’un projet personnalisé dont la personne accompagnée est l’acteur principal.

Tout au long de ce processus de Transition Inclusive qui transformera en profondeur la qualité de vie des personnes accompagnées comme celle des professionnels, notre équipe d’experts vous propose un plan d’accompagnement adapté comprenant des missions de diagnostic, de conseil et de formation autour des domaines suivants :

  • L’accompagnement des usagers dans la Transition Inclusive.
  • L’accompagnement des ressources humaines dans la Transition Inclusive.
  • Management stratégique du changement.

L’accompagnement des parties prenantes (communication, relations publiques et développement territorial).

Mobilisation de l’intendance (finance, immobilier, logistique).

Chaque projet de Transition Inclusive étant unique, un premier échange permettra une projection tenant compte de votre réalité et de vos objectifs.

Les formations concernées sont :

Objectifs :

  • Sensibiliser le personnel de direction et d’encadrement aux différentes dimensions de la désinstitutionnalisation dans le cadre d’une approche centrée sur l’usager des services (transition inclusive)
  • Leur permettre de s’approprier les outils nécessaires à l’accompagnement de la transition inclusive
  • Faire le point sur les avancées règlementaires, l’évolution et changement des perceptions sociétales

Programme :

Expériences européennes et nord-américaines en matière de désinstitutionnalisation

En référence aux thèmes suivants :

Quatre dimensions à la désinstitutionnalisation

  • Socle des valeurs et d’idéaux de la désinstitutionnalisation ;
  • Aspects dynamiques qu’engendre ce processus ;
  • Les enjeux politico-économiques ;
  • Changement des pratiques d’intervention et d’accompagnement.

Expérience nord-américaine

Depuis 1981, l’histoire de la désinstitutionnalisation et de l’inclusion sociale au Québec et au États-Unis

Expérience d’intégration scolaire en France

Film, témoignages, étude sur les effets sur l’intégration scolaire (recherche), approche européenne.

Expérience d’intégration avec des adultes en Belgique

La conduite d’un projet de désinstitutionnalisation d’un hôpital psychiatrique belge 

Évolution de la notion de handicap (processus de production du handicap (PPH) 

Les défis de la désinstitutionnalisation

  • Ne pas surinvestir dans les services actuels / Investir dans des nouveaux services mieux adaptés
    • Contrôler le risque de maintenir des services parallèles (cohérence de vision, valeurs, syndrome de la porte tournante), faciliter de retour ou maintien vers une solution institutionnalisée
  • Fermeture de services sans solutions appropriées de remplacement / S’assurer de la continuité des services (planifié, finances, programme, activité de jour, politique associative);
  • Mise sur pied de solutions qui reproduisent le modèle institutionnel (on change sans changer (douloureux));
  • Assurer la coordination des acteurs. Réaliser la désinstitutionnalisation avec les familles et les partenaires. Quel intérêt pour les acteurs, pour les usagers?
  • Approche antidiscriminatoire du handicap, nouveau paradigme de la protection et de l’émancipation des personnes handicapées par le droit de la non-discrimination, une vraie alternative.

Cadre de référence permettant la transition de l’institution pour se centrer sur la personne: plan de réalisation personnel, autodétermination, valorisation des rôles sociaux et qualité de vie.

Atelier 1 : Autonomie de vie et inclusion dans la société ou reconnaissance des droits des personnes handicapées

La France, comme plus de 150 pays, a signé la convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées (CDPH). L’article 19 mentionne notamment que :

Les États partis à la présente convention reconnaissent à toutes les personnes handicapées le droit de vivre dans la société, avec la même liberté de choix que les autres personnes, et prennent des mesures efficaces et appropriées pour faciliter aux personnes handicapées la pleine jouissance de ce droit ainsi que leur pleines intégration et participation à la société, notamment en veillant à ce que:

  • Les personnes handicapées aient la possibilité de choisir, sur la base de l’égalité avec les autres, leur lieu de résidence et où et avec qui elles vont vivre et qu’elles ne soient pas obligées de vivre dans un milieu de vie particulier;
  • Les personnes handicapées aient accès à une gamme de services à domicile ou en établissement et autres services sociaux d’accompagnement, y compris l’aide personnelle nécessaire pour leur permettre de vivre dans la société et de s’y insérer et pour empêcher qu’elles ne soient isolées ou victimes de ségrégation;
  • Les services et équipements sociaux destinés à la population générale soient mis à la disposition des personnes handicapées, sur la base de l’égalité avec les autres, et soient adaptés à leurs besoins.

Questions :

  • Quels défis (quelles questions) ces objectifs d’inclusion présentent-ils?
  • Quels obstacles (freins) à la réalisation ou à l’exercice de ces droits?

Les leviers de la désinstitutionnalisation

  • Respect des droits des personnes porteuses de déficience intellectuelle
  • Prise en compte des besoins et des attentes de la clientèle
    • Assurer la possibilité d’expression de la personne;
    • Participation de la personne à son projet de vie;
    • Créer des espaces de parole individuels et collectifs;
    • Le projet personnalisé;
    • Promouvoir les compétences de la personne;
    • Proposer des activités favorisant la participation sociale;
  • Une planification stratégique de la reconversion des services (Quelle est la politique associative en la matière, exemples et moyens, souplesse sur le timing, éviter les doubles coûts, avenir des usagers en changement (évaluation des besoins, des désirs, etc.), réflexion sur la pertinence des projets déjà engagés, reconversion des postes de travail, autorité de tutelle;
  • Prévention de l’institutionnalisation
  • Création de service de proximité
  • Fermeture des services institutionnalisés
  • Maintien d’un bon rythme de transformation des services.
  • Développement des ressources humaines (Le soutien du personnel)
    • Adhésion à de nouvelles valeurs et exigences;
    • Formation et information;
    • Changement de culture organisationnelle.
  • L’accompagnement dans le changement des pratiques ou d’accompagnement conçu et réalisé en partenariat
    • Mise en place d’un processus clinique (projet individualisé);
    • Cadre de référence (PPH, autodétermination, qualité de vie);
    • Nécessité de la participation des usagers, parents (proches) et du personnel, évaluation des besoins.
  • Utilisation efficace des ressources
  • Supervision de la qualité
  • Développer les partenariats
  • La communication (sensibilisation continue) :
    • Plan de communication;
    • Transversalité;
    • Cohérence et concordance dans la communication entre parents, usagers et personnel.

Méthode pédagogique : apports théoriques, film, témoignage…

Durée : 2 jours consécutifs.

Coût : la formation se présente surtout sur le mode colloque de deux jours elle mobilise au minimum trois intervenants sur une équipe internationale, elle nécessite une organisation conséquente, salle, son vidéo, pour toute demande de tarif merci de nous contacter.

Public : cette formation s’adresse à des groupes importants, de 50 à 150 personnes, elle s’organise à la demande pour des Intervenants sociaux et médico-sociaux, cadres, parents… (le contenu est consultable sur notre site Web « Retour sur le colloque 2017 »)

Intervenants : directeurs d’établissements ou professeur retraité d’université (Québec) ou conseil spécialisé en action sociale

Objectifs :

  • Aider les personnels à mettre en place un dispositif de prévention de la maltraitance.
  • Soutenir la promotion de la bientraitance dans les modes de prise en charge.

Programme :

Aspects juridiques : les lois récentes, la place de la bientraitance dans la loi 2002-2.

  • Présentation des articles dédiés à la bientraitance.
  • Réflexions autour des implications institutionnelles.

Aspects théoriques : vulnérabilité et dépendance, place du désir et enjeux pulsionnels, formes individuelles et institutionnelles.

  • Définition des concepts.
  • Présentation de modèles théoriques explicatifs.
  • Analyse de situations rencontrées par les stagiaires.

Aspects institutionnels : réflexion autour des outils existants, de leur utilisation ; mise en évidence des représentations sociales ; la place des référentiels de bonnes pratiques.

  • Analyse des représentations des stagiaires.
  • Présentation des outils existants dans l’institution.
  • Articulations avec les référentiels de bonnes pratiques.

Articulations cas concrets et fonctionnement institutionnel.


Méthode pédagogique : apports théoriques et législatifs, présentation de situations, travail en sous-groupe, débats.

Durée : 2 jours consécutifs.

Coût : Pour toute demande de tarif, merci de nous contacter.

Public : Intervenants sociaux et médico-sociaux, cadres, parents.

Intervenant : psychologue clinicien, intervenant en analyse des pratiques ou directeur d’établissement